…depuis 1974

Impossible d’imaginer aujourd’hui Larressore sans son club de rugby, son plateau et ses Perdiak.
Si ce n’est qu’en 1972, dans ce petit village de 700 personnes, où le sport roi était la pelote, personne
n’aurait pu penser à la création de ce club et à son avenir florissant connu à présent.

Il a fallu toute la volonté et la détermination sans faille de Marcel Betbeder qui, à 37 ans, alors représentant commercial, décida de créer, à la demande de certains jeunes du village, le L.U.C (Larressore Union Club).
Cette petite structure corporative, composée essentiellement de jeunes du comité des fêtes, prouvera son sérieux durant 2 ans, et après l’obtention du terrain municipal actuel, grâce notamment à MM. le docteur Sehabiague et le curé Arrabit, réussit à obtenir les statuts officiels auprès de la F.F.R. en intégrant par la même occasion l’association INTHALATZ déjà existante à l’époque.

Nous sommes en 1974, le club de rugby INTHALATZ est né, l’aventure peut commencer !

Attiré par le rugby, pour y avoir joué en Junior à l’Aviron Bayonnais, puis en Senior à Cambo, Marcel Betbeder n’avait pas peur de grandchose, et surtout pas des défis à relever. Il a donc créé ce club, en le faisant toujours aller de l’avant au fil des années, avec l’appui indispensable de “seconds” et de “petites mains”, et en lui insufflant son état d’esprit alerte et son envie insatiable de le faire évoluer.

Durant toutes ces années, Marcel Betbeder a connu toutes les fonctions : Entraineur de la première équipe en 1974, Président de 1974 à 1983, avant de devenir président d’Inthalatz de 1984 à 1989, Dirigeant Sénior, Agent recruteur (domaine où il excellait avec son pouvoir de persuasion) et Chauffeur occasionnel pour les joueurs, Dirigeant Cadets/Juniors de 1997 à 2004, Président d’honneur,Journaliste (aux commentaires pas toujours objectifs) et homme à tout faire en compagnie de son jeune frère et d’un ami ces dernières années.

Sans compter les innombrables matchs suivis en tant que supporter, toutes catégories confondues, n’hésitant pas à braver les kilomètres en voiture, tout seul s’il le fallait.

Au travers de ces différentes postes, Marcel révélait les traits principaux de sa personnalité :

– Tout d’abord sa force de caractère et son franc parler, à laquelle ont pu se frotter certains adversaires,
beaucoup d’arbitres et de membres du comité avec lesquels il ne mâchait pas ses mots, et parfois même
en interne, lorsqu’il le jugeait nécessaire pour le bien du club.

– Ensuite sa générosité et sa convivialité tant appréciées notamment durant les 3èmes mi-temps ou
même les voyages de fin d’années. Fils d’aubergistes, né Aldaburua, il a gardé tout au long de sa vie le
goût du contact des gens acquis dès son plus jeune âge. Il était encore récemment capable de rester
toute une nuit avec des jeunes de 20 ans aussi bien qu’avec des “vieux de son âge” comme il disait ; à
condition de pouvoir le suivre…

– Enfin, son état d’esprit jeune et ouvert, qui a permis de fédérer et d’intégrer régulièrement de
nouveaux joueurs, éducateurs et dirigeants du village et des alentours.
Marcel a donc consacré un nombre incalculable d’heures dans ce club, sans rien attendre en retour.
Pourtant, la récompense était bien là au bout du chemin.

Il trouvait en effet dans cette aventure un bonheur intense avec plusieurs motifs de fierté interne : – La fierté d’avoir impliqué toute sa famille avec tout d’abord son épouse dont la patience et le soutien lui permirent de réaliser toutes ces choses, même épouse qui, en compagnie de sa fille, lavait les premiers maillots seniors; puis de son fils qui intégra l’équipe première après avoir joué en jeunes à Cambo, avant de devenir entraineur des Séniors et dirigeant à présent depuis de nombreuses années; et enfin ses 5 petits-fils qu’il a poussés dans le bain dès le plus jeune âge, qui ont tous portés le maillot d’Inthalatz, dont certains dans toutes les catégories.

Marcel avait également eu la joie récemment de connaître ses 2  arrières petits-fils qu’il n’imaginait pas autrement qu’en vert et blanc, sans aucun doute.

– la fierté d’avoir pu mobiliser tout un village, ainsi que de nombreuses personnes de villages voisins autour d’un projet commun, que ce soit au niveau des joueurs, dirigeants et supporters, qu’il s’émerveillait de voir en nombre pour les grandes occasions.

– Enfin, la fierté d’avoir connu un club en constante évolution, qui a su garder les valeurs de l’Amateurisme au sens noble du terme, qu’il souhaitait conserver coute que coute : ce club, Son club, avec un école de rugby de qualité à l’effectif conséquent ; des Cadets/Juniors qu’il adorait suivre aux résultats remarquables (dont certains ont atteints le titre suprême) ;

et pour terminer, une équipe Seniors qui a atteint un niveau de Fédérale 3, impensable dans ses rêves les plus fous à l’initiative du projet, avec l’euphorie de voir ses vaillants petits verts tenir la dragée haute, sans jamais rien lâcher, face à des clubs de renoms locaux (Garazi-Baigorri, Hendaye, B.T.S. etc..), voire même landais, bordelais et toulousains, qu’il observait de tout en bas au début de l’aventure.

Marcel, Martxel, Marcello : tels sont les petits noms qu’ont pu lui donner toutes les générations qu’il a traversées.
Nombreux sont ceux du club, du village, voire même des arbitres et des clubs adverses, qui peuvent avoir en mémoire une anecdote avec lui, que ce soit avant, pendant ou après les matchs, où son  implication restait constante.

 

 

Marcel nous a donc laissé le club aujourd’hui dans un état sain et brillant et le meilleur hommage qu’on puisse lui rendre est de poursuivre son immense travail accompli en gardant cette volonté d’aller de l’avant, sans jamais oublier les valeurs originelles qu’il a injectées.

Ez adiorik Marcel,
Milesker Haundi bat Jauna,
Zure gogoa betiko bizirik egonen da Inthalatzen.